Africa / Commentary

La résolution SOGI : analyse du non de la Côte d’Ivoire

Publié le 12 octobre 2014

Par Jean Marc Yao

Jean Marc Yao

Jean Marc Yao

Le 23 septembre 2014, la Côte d’Ivoire n’a pas soutenu la résolution sur les droits de l’Homme, l’orientation sexuelle et l’identité de genre SOGI présentée par le Brésil, le Chili, la Colombie et l’Uruguay devant le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies.

Venant de la Côte d’Ivoire, cette décision est illogique et donc surprenante pour cette simple raison : Cette résolution n’est en aucun point contraire à la législation ivoirienne.

En effet, le SOGI rappelle seulement que l’orientation sexuelle et l’identité de genre ne font d’aucun homme un sous-citoyen. Pour cette raison, tous les êtres humains ont droit à la même protection des lois. Cette résolution dénonce alors les discriminations et les violences basées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

Dans cette mesure, elle est conforme à la constitution en vigueur en Côte d’Ivoire. Effectivement, la loi fondamentale ivoirienne n’autorise ni les discriminations ni les violences à l’égard de qui que ce soit et, ce, quels que soient les motifs.

Le refus de soutenir la résolution SOGI est d’autant plus incompréhensible que cette résolution ne fait que rappeler les Etats à leurs engagements internationaux, car il rappelle que l’essence humaine d’une personne est plus fondamentale que son orientation sexuelle et son identité de genre.

U.N. Human Rights Council (Photo courtesy of Daily Maverick)

Conseil des droits de l’homme des Nations unies (Photo de Daily Maverick)

A ce titre, tous les hommes sont égaux, ainsi que le précise d’emblée la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) du 10 décembre 1948. Cette résolution ne vise donc pas à créer de nouveaux droits, mais tout simplement à appliquer l’égalité et la non discrimination, les principes fondamentaux de la Charte des droits de l’Homme, aux droits d’êtres humains qui souffrent de violence et de discriminations à cause de leur différence, notamment l’orientation sexuelle et/ou l’identité de genre.

Alors, qu’est-ce qui pourrait justifier ce refus de l’Etat ivoirien de soutenir la résolution SOGI?

Peut-être l’envie de se mettre à cette mode africaine consistant à s’appliquer à l’homophobie. L’objectif inavoué de cette manie est d’afficher une démarcation d’avec l’Occident, l’ex-colonisateur. Les dirigeants africains se figurent ainsi faire illusion de souveraineté. C’est à pleurer de rire…

Jean Marc Yao, basé à Abijan en Côte d’ivoire, est spécialiste des questions relatives aux LGBTI à la LIDHO, et consultant en droits humains pour Alternative Côte d’Ivoire. Il était personnellement impliqué dans cette nouvelle.

Ce commentaire est également apparu dans Mondo Blog:  “La résolution SOGI : analyse du non de la Côte d’Ivoire – Défense et promotion des droits fondamentaux de tous les Hommes en Côte d’Ivoire.”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s