Uncategorized

Sierra Leone: Menaces de rumeurs d’Ébola contre une militante

Publié le 29 août 2014

Front Line Defenders, qui soutient les militants des droits de la personne, a publié ce communiqué de presse le 28 août:

Sierra Leone:

Menaces contre le défenseur des droits humains Mme Marie Conteh

Location of Makeni in Siera Leone. (Map courtesy of WIkimedia Commons)

Site de Makeni en Siera Leone. (Carte de Wikimedia Commons)

Le 28 août 2014, le défenseur des droits humains Mme Marie Conteh a reçu un appel d’un numéro inconnu où l’appelant a menacé de diffuser de fausses informations qu’elle a acquis le virus Ébola si elle n’arrête pas son travail sur les droits de la personne. Cela vient deux jours après qu’elle a enregistré une déclaration à la police dénonçant les menaces prononcées contre elle à la suite de sa récente enquête sur des rapports de détournement de fonds publics.

Marie Conteh est le coordinateur national pour le Centre des femmes pour la bonne gouvernance et pour les droits de la personne (Women’s Centre for Good Governance and Human Rights – WOCEGAR), une organisation basée à Makeni dans la partie nord de la Sierra Leone. En raison de leur travail sur les droits des femmes, l’autonomisation des femmes, la bonne gouvernance et les droits des gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres, WOCEGAR et son coordinateur ont fait l’objet de cas de harcèlement.

Au début du mois d’août 2014, Marie Conteh et ses collègues ont reçu des informations indiquant que des Membres du Parlement de la Sierra Leone ont chacun reçu du gouvernement une subvention estimée à 20,000 dollars dans le but de lutter contre l’épidémie d’Ébola dans leurs circonscriptions respectives.

Le 24 août, elle a visité le bureau de M. Osman O. Sesay, député de la circonscription dans laquelle est situé WOCEGAR, pour se renseigner sur des rapports suggérant que la subvention attribuée à sa circonscription n’avait pas été utilisée aux fins prévues. Le député a soutenu que le fonds a été mis dans un compte personnel et qu’il n’avait pas de compte à rendre aux membres de groupes locaux pour les droits humains. Comme la discussion continua, il aurait démarré des insultes contre Mme Conteh et finalement il a menacé qu’il pouvait la faire disparaître.

Le 4 août 2014, lors d’un entrevue à la radio Mary Conteh a critiqué la façon que les groupes de la société civile comme le sien ont été mis à l’écart dans la lutte contre le virus Ébola. Dans ce que ce défenseur des droits humains a considéré une réaction de colère lors de l’entrevue, le ministre résident du Nord, M Ali Kamara, lors d’une réunion des parties des intéressées organisée deux jours après l’entrevue, le 6 août, il aurait menacé que étant donné que le pays passait par une période d’urgence, il n’hésitera pas à ordonner l’arrestation des journalistes et des défenseurs des droits de la personne qui critiquent l’action gouvernementale ainsi qu’exiger la fermeture de leurs organisations.

Après les menaces proférées contre elle le 6 et le 24 août, Marie Conteh a enregistré une déclaration auprès de la police le 26 août. Deux jours plus tard, elle a reçu un appel d’un numéro masqué menaçant de répandre de fausses informations qui elle a contracté le virus Ébola, si elle continu son travail.

Front Line Defenders est préoccupée des menaces contre le défenseur des droits de l’homme Mary Conteh, puisqu’elles semblent être le résultat direct de son travail légitime en faveur de la bonne gouvernance et les droits de la personne en Sierra Leone.

Front Line Defenders recommande fermement aux autorités de la Sierra Leone de:

  1. Prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir l’intégrité et la sécurité physique et psychologique de Marie Conteh;
  2. Prendre des mesures pour veiller à ce que les fonctionnaires, y compris des représentants du gouvernement et des membres du parlement, reconnaissent le rôle légitime des défenseurs des droits de la personne et de s’abstenir de prononcer des menaces à leur encontre;
  3. Garantir en toutes circonstances que tous les défenseurs des droits de la personne du Sierra Leone seront en mesure de mener à bien leurs activités légitimes de défense des droits humains sans crainte de représailles et libre de toutes restrictions.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s