Africa / Commentary

L’affirmation Mayibuye et le travail pour la justice en Afrique

Publié le 25 mai 2014

Par Colin Stewart, rédaction en français par Denis LeBlanc (also published in English)

L’affirmation Mayibuye

L’affirmation Mayibuye

En préparation de la Journée africaine le 25 mai, un groupe de militants pour les droits de la personne fait la promotion d’une affirmation où les Africains s’engagent  à travailler pour la justice sociale et économique du continent, y compris la fin à la violence contre les femmes et les minorités sexuelles.

Jusqu’à présent, le document, appelé l’affirmation Mayibuye, a été signée par 187 personnes, dont les militants des droits des LGBTI Victor Mukasa et Clare Byarugaba de l’Ouganda et Phumzile Mtetwa de l’Afrique du Sud. Les partisans de l’affirmation ont également mis en place une page Facebook, qui compte 1026 «j’aimes».

Les auteurs ont expliqué :

Initialement incité par les lois violentes adoptées au Nigeria et en Ouganda contre les Africains qui sont non conformes en fonction de leur orientation sexuelle,  de leur identité de genre et d’expression, et les femmes africaines, nous avons assemblé cette déclaration afin de nous mobiliser et de nous réengager comme particuliers et avec d’autres autour d’une plate-forme afin de réinventer et transformer l’Afrique dans la tradition de nos luttes de libération et de l’esprit de nos ancêtres.

Nous utilisons le titre Mayibuye iAfrica – un slogan de la lutte de libération en Afrique australe qui signifie «ramener l’Afrique» – pour appeler à l’autodétermination, à la diversité et à la justice et pour un retour à nos traditions de résistance. Nous espérons que vous nous rejoindrez.

Mayibuye pledge Liked · May 20 T-shirt slogan states "Africa is neither poor, nor broke." (Photo courtesy of Mayibuye Pledge page on Facebook)

T-shirt indique “l’Afrique n’est ni pauvre, ni fauchée.” (Photo de la page MayibuyePledge sur ​​Facebook)

Les africains qui veulent signer l’affirmation en ligne peuvent visiter le site Web MayibuyePledge.org. En outre, les partisans de l’affirmation ont récemment mis en place un compte Twitter, @ MayibuyePledge, qui est suivi par 42 utilisateurs de Twitter. Il incite à, “réengager vous à travailler activement pour une Afrique libérée de l’oppression.”

 

Le militant rédacteur / journaliste Denis Nzioka  a envoyé ce Tweet : “Au milieu de tout, les Africains partout appuient l’affirmation Mayibuye. L’avez-vous ?”

Neela Ghoshal,  chercheur au Human Rights Watch au Kenya, ce Tweet : “guerriers de la justice sociale en Afrique: appuyez l’affirmation # Mayibuye! ”

L’affirmation Mayibuye a été conçue pour coïncider avec la Journée de l’Afrique, la célébration annuelle de la création de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) le 25 mai 1963.

L’affirmation est disponible en kiswahili, yoruba, shona, arabe, portugais, français et anglais, avec bientôt une version wolof, d’après les responsables.  (Ce blog recherche des liens pour les autres versions)

Mayibuye ! iAfrica !

Africa graphic courtesy of BlackLooks.org

Afrique – graphique de BlackLooks.org

En cette journée de libération de l’Afrique, nous, soussignés, notons avec une profonde préoccupation la crise à l’échelle du continent, y compris la croissance du militarisme, la crise de la démocratie, un ordre économique néolibéral en expansion, l’approfondissement du patriarcat, l’homophobie, la transphobie et l’hétérosexisme, entre autres.

Nous notons en particulier la dégradation des conditions sociales et économiques des personnes qui ont été dépossédés de leur dignité et autonomie sur leurs propres vies, corps, terres et ressources naturelles, et ont été niés accès à l’abri, la nourriture, l’eau, l’éducation et aux soins de santé.

Nous interpellons l’attention à toute personne épris de liberté sur le continent et dans le monde entier, à la violence omniprésente et débilitante rencontré par ceux qui sont poussés aux marges en raison des lois injustes qui divisent et par les mauvaises pratiques de nos propres gouvernements, qui ne répondent pas à leurs peuples mais aux intérêts financiers. Nous condamnons et résistons aux tentatives de homogénéiser les multiples héritages de l’Afrique en haine et discrimination légalisée.

Nous nous levons et nous réunissons en tant qu’Africains dans le monde travaillant pour un continent où l’auto- détermination, ainsi que le bien-être physique, émotionnel, social et économique sont garantis à toutes et à tous. Nous nous réunissons pour condamner et résister toutes les formes de violence et le militarisme, y compris entre les communautés et parrainé par l’Etat comme l’est sévit actuellement en République Centrafricaine et au Kenya; la violence systémique contre les Africains en raison de leur orientation sexuelle et identité de genre, réelle ou supposée, comme au Nigeria et en Ouganda; et la violence endémique contre les femmes, les filles et les personnes de genre non-conforme, comme en témoignent les enlèvements de filles et l’absence de réponse adéquate au Nigeria.

Nous nous rappelons les contributions critiques que les Africains ont pris à travers l’histoire dans la définition et la défense des principes de justice, de solidarité, de la libération et de la diversité. Nous saluons toutes et tous Africains qui parlent et ont pris la parole à la défense de ces principes.

Nous sommes pour un retour à l’Afrique à tous égards:

  •  Repenser nos vies en dehors de la puissance néocoloniale.
  • Se libérer des structures, des systèmes et des individus qui disparaissent notre histoire et traditions des principes démocratiques et du respect pour l’humanité, et qui effacent nos cultures d’agence, de résistance, de créativité et de pouvoir du peuple.
  • Retrouver et respecter le riche patrimoine et les normes culturelles de la collectivité, la liberté, l’autodétermination et ubuntu.
  • Assumer la responsabilité individuelle et collective pour lutter globalement et localement contre l’appauvrissement et la dépossession de la majorité des populations africaines.
  • La lutte pour mettre fin à la violence et la militarisation qui détruit et nuit à nous tous.
  • Lutter pour la fin de l’avidité et le pouvoir oppressif responsable pour la destruction de nos terres et de la Terre.

Nous reconnaissons, affirmons et insistons que l’Afrique a besoin de:

 

  • Une justice économique et environnementale qui revendique et redistribue le pouvoir, redistribue les terres et met nos vastes ressources au profit de notre peuple et la guérison de la Terre.
  • Éradiquer le militarisme et toutes les formes de violence, y compris la violence des lois oppressives et de la pauvreté.
  • La justice raciale et ethnique.
  • La transformation de la politique de sexe, de sexualité et de genre, le droit d’accéder aux institutions et services affirmant et ouverts, et la restauration des espaces libres de fondamentalismes afin de pratiquer nos religions et de participer à nos cultures.

 

L’Afrique a besoin d’Africains qui imaginent et construisent un avenir de liberté. Nous croyons que les Africains, dans notre multiplicité, ont le potentiel de transformer le monde.

Nous, soussignés, nous engageons à travailler activement pour l’Afrique que nous voulons.

Enhanced by Zemanta

One thought on “L’affirmation Mayibuye et le travail pour la justice en Afrique

  1. Pingback: Nigéria : Plaidoirie pour les droits des LGBT ne suffit pas | 76 CRIMES

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s