Uncategorized

Au Cameroun: Les HSH à l’école de la vie associative

Publié le 1 avril 2013

La formation de 4 jours visaient, entre autres à doter, ces OBC encore à leur genèse, d’outils techniques pour faire face à des problèmes de leadership et de gouvernance, de gestion de ressources humaines et financières et de conflits d’intérêt.

La bonne gouvernance s’apprend chez les HSH (Photo par Eric O. Lembembe)

La bonne gouvernance s’apprend chez les HSH (Photo par Eric O. Lembembe)

Eléments de la gouvernance dans une Organisation à base communautaire (OBC), documents administratifs des OBC, techniques de gestion axée sur la performance, gestion de ressources humaines, financières et conflits d’intérêt. Voila quelques modules de formation débattus, du 22 au 25 janvier 2013, au siège d’Affirmative Action au quartier Nkomkana à Yaoundé, lors de l’atelier consacré au renforcement institutionnel de 9 représentants de 3 OBC, travaillant avec les HSH dans la capitale politique du Cameroun.

D’après Simon Pierre Eyene, l’un des formateurs,  «  cet apprentissage était indispensable car la majorité de nos associations encore jeunes font face à de sérieux problèmes de leadership et de gouvernance, de gestion de ressources humaines et financières et de communication. Il est donc important que ces regroupements de la société civile camerounaise, qui en plus travaillent avec des groupes vulnérables comme les Hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH), apprennent et s’approprient les connaissances sur la gouvernance, vocable définit ici comme étant un ensemble de bons comportements qui permettraient à ces responsables de la société civile de s’appuyer sur une organisation efficace et lisible pour exercer sereinement leurs fonctions ».

Un avis tout à fait partagé par Michel Engama, responsable administratif et financier à Cameroonian Foundation For AIDS (CAMFAIDS), l’une des organisations dont 3 membres ont été formés lors de l’atelier de 4 jours. Commente-t-il:

« Avec les connaissances reçues au cours de cette formation, nous avouons que nos capacités ont été renforcées sur divers points, qui avant nous étaient totalement inconnus, notamment  les techniques de gestion axé sur la performance, le manuel de procédure, le montage de projets, la gestion des stocks et des biens. Des formations complémentaires seront les bienvenues ».

Résultats presque atteints

Working to improve the effectiveness of organizations defending the rights of LGBT people in Camercoon. (Photo by Eric O. Lembembe)

Des actions pour pérenniser le travail des OBC sur le terrain. (Photo par Eric O. Lembembe)

Organisateur de la rencontre, Serge Douomong Yotta, directeur exécutif à Affirmative Action, ne peut que s’en féliciter aux termes des travaux, le 25 janvier:

«  Tout s’est bien passé. Les grands résultats qui étaient attendus lors de la formulation de cet atelier sont presque atteints. Entre autres, que les OBC sont capables de formuler une vision, des missions et des lignes directives claires, se dotent d’un organigramme et des fiches de poste associées, apprennent à mieux capitaliser les données liées aux activités qu’elles mènent sur le terrain et améliorent leur gestion du matériel et des stocks. Nous espérons que les enseignements reçues seront exploités à bon escient au sein des associations ».

Le rendez-vous pour la bonne gouvernance est donc pris dans les locaux de ces OBC, qui pour la plupart ne disposent pas de solides partenaires techniques et financiers pour l’implémentation de leurs activités sur le terrain. Certains, même pas de siège pour abriter leurs locaux.

Avec pour souci de renforcer les capacités des responsables  des trois associations (Humanity First Cameroon, Affirmative Action et CAMFAIDS), ce second atelier intervient dans la mise en œuvre des activités du projet « Human Rights aspect to HIV response in Cameroon », (« Prise en charge des minorités sexuelles »), initiative pilote  financée par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) depuis décembre 2012. Et visant à accompagner le Gouvernement Camerounais dans l’atteinte de certains objectifs, parmi lesquels la réduction de la vulnérabilité des populations les plus exposées au risque d’infection au VIH (MARPs), notamment les HSH.

— Eric O. LEMBEMBE

En anglais: “Cameroon LGBT groups learning to be businesslike”

Articles connexes (aussi publiés par “Erasing 76 Crimes”):

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s